Béjaïa : Amacine bloque la route pour réclamer un cadre de vie décent

19 Juillet 2020. La route fait encore l’objet d’une paralysie causée par les habitants d du village Amacine. «C’est trop», certes ! Mais ce village relevant de la commune d’amizour, à 24 km du chef lieu de wilaya de Béjaïa, souffre du désenclavement. Il réclame des projets de première nécessité depuis plus de 6 ans.

A priori c’est le «laxisme» des autorités locales qui a provoqué le courroux des habitants qui ont bloqué, tôt dans la matinée de ce dimanche, le chemin de wilaya n°21, reliant Amizour à Semaoune. Ils menacent de maintenir la route fermée jusqu’à satisfaction de leurs doléances. Celles-ci sont nombreuses et se limitent seulement au cadre de vie.

Lettre de revendication adressée par l’association au P/APC et au Wali de Béjaïa en 2016.

Les manifestants ne réclament pas des projets de grande envergure telle qu’une salle de cinéma ou d’un théâtre… Ils souhaitent seulement voir la route qui relie le CW21 à leur village, goudronnée.

Ce qui étonne le plus, c’est la réclamation d’un projet de réseau d’assainissement. Comment, en 2020, existe-il encore des localités qui ne sont pas encore reliées à ce réseau indispensable ? Les fosses septiques devraient sûrement être débordées.

Sur la liste des revendications de l’association socioculturelle Amacine, on trouve aussi la demande de réalisation d’éclairages publics. Inacceptable. Pourtant, en 2019, les autorités, à leur tête le maire d’amizour, ont promis le désenclavement de cette région montagneuse, en commençant par l’amélioration du cadre de vie des villageois.

Outre ces réclamations, le branchement au gaz naturel est aussi soulevé. Les habitants souffrent encore du froid chaque hiver. Le plus chanceux d’entre eux consomme 2 bonbonnes de gaz par jour. Le simple citoyen grelotte du froid.
«Nous pleurons notre sort et celui des futurs générations. Honte ! En 2020, nous sommes obligé de fermer la route et paralyser tous les usagers pour interpeller les autorités que nous avons élus !» peste un habitant.

« Hé oui !En 2020 on n’a pas encore de gaz naturel dans nos foyers alors que les autres pays le consomment quotidiennement !» tonne un autre visiblement exaspéré.

En 2018 l’association interpelle le Wali de Béjaïa.

M. Outemzabt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s