Bouira : émeutes après le décès d’une parturiente et son bébé à Mechédallah

Bouira : émeutes après le décès d’une parturiente et son bébé à Mechédallah

Des émeutes ont éclaté à Mechedallah, dans la wilaya de Bouira après le décès d’une parturiente, faute d’une « prise en charge adéquate par le personnel médical de l’hôpital de la ville », accuse la famille de la défunte et son entourage.

En effet, plusieurs versions ont fait surface sur les réseaux sociaux. Les médecins auraient soupçonné un cas de CoVid-19 après avoir constaté une fièvre élevée chez la femme de 28 ans. Et comme de coutumée, le personnel des soignants et aides-soignants ont été paniqués, d’où une proposition d’évacuer la patiente qui était en son terme d’accouchement vers l’hôpital Lakhdaria.

D’autres médias et sources locales,ont évoqué l’absence d’un gynécologue dans cette structure hospitalière qui aurait compliqué l’hospitalisation de la patiente. Étant dans un état grave, les médecins l’avaient orientée vers l’hôpital de Lakhdaria.

Le grand malheur est l’absence d’une ambulance pouvant transférer la patiente. Un énorme retard a été enregistré pour venir en aide à cette parturiente qui souffre de douleurs intenses. En fin de compte, elle accouche en route et le bébé meurt. Arrivée à l’hôpital de Lakhdzria, la jeune maman décède également.

Cette mauvaise information du décès de la patiente, mère de deux enfants (une fille et un garçon), a provoqué le courroux de la population de Mechedallah qui s’en est pris au personnel médical et administratif de la ville. Ceux-ci ont été accusé de «négligence et non assistance à la personne en danger !»

Face à cette situation délicate, les responsables de l’hôpital ont alerté les forces de l’ordre. Quelques heures après, des forces antiémeutes de la police arrivent. Ayant tenté de disperser la foule des échauffourées ont vite éclatées. Jets de pierres contre bombes lacrymogènes. Une scène d’émeutes sans précédent.

La rédaction

Ina Presse

Articles similaires

Laisser un commentaire

%%footer%%