Une première en Algérie : l’Exécutif Communal de Yakouren bloque la route pour réclamer des projets !

Une première en Algérie : l’Exécutif Communal de Yakouren bloque la route pour réclamer des projets !

C’est une nouvelle forme de revendication. Une première en Algérie. Après le ras-le-bol des citoyens, il semble que c’est au tour des élus de s’emporter. C’est le cas de l’exécutif Communal de l’apc de Yakouren dans la wilaya de Tizi Ouzou qui a procédé, mardi matin, à la fermeture de la RN12 à la circulation. «C’est pour réclamer des projets de développement pour leur localité.»

Les protestataires, qui ont mené cette action inédite, sont donc des élus du FLN (front de libération nationale), à la tête de l’assemblée de Yakouren en Kabylie. Une première de son genre en Algérie. Ces derniers ont d’abord averti le Wali de Tizi Ouzou et les services de sécurité via un «communiqué» avant d’entamer cette revendication qui intervient suite aux promesses non dues des autorités compétentes «qui font office de blocage de toute action de développement de la commune», lit-on dans ce communiqué rédigé par le maire et signé par les élus.

«Nous avons le regret de vous informer de la fermeture de la RN12 à partir de 6h du matin»

Lit-on dans le communiqué en question.

Bureaucratie et dilapidation de biens communaux !

Les élus ont exprimé non-seulement leur mécontentement quand au retard enregistré dans le développement local mais ont également dénoncé la dilapidation de biens communaux. «Notre ville est victime de la bureaucratie administrative. Nous avons ramené plusieurs investisseurs mais ils ont tous été bloqués et pourchassés. Les projets étaient estimés à plus de 450 milliards et pourraient dégager plus de 600 postes d’emploi permanents… Il y a des investisseurs qui ont pu débuter leurs projets, mais, ils se sont retrouvés coincés face aux problèmes des forêts ou des domaines…» a déclaré M. Abid Yassine, p/apc de Yakouren sur Berbère TV.

Sur le plan de l’éducation l’élu réclame une enveloppe budgétaire spécialement pour ce secteur afin de permettre l’ouverture de deux écoles fermées. «L’école Boumansour est fermé depuis un an de celà car jugée réformée mais aucun projet de réhabilitation ne oui a été attribué. Ces élèves se déplacent dans une autre école distante de plus de 7 km. Il y a aussi l’école des Frères Laadaoui à Ahmil qui est fermée.»

L’élu réclame aussi des projets d’alimentation en eau potable, de revêtement des routes impraticables et autres…

Cette action inédite a vite fait le buzz sur les réseaux sociaux. Elle a même fait l’objet d’analyses et de critiques. Celà prouve encore une fois le ras-le-bol du citoyen algérien qui revendique un changement radical du régime et le départ définitif de la «bande» qui n’est pas assez capable de gérer le navire. Outre, cela approuve par ailleurs la bonne foie des autres partis d’opposition qui ont tant réclamé des projets pour la Kabylie, restée marginalisée depuis très longtemps.

Saïda C.

Ina Presse

Articles similaires

Laisser un commentaire

%%footer%%