Décès de Bouregaa : le pouvoir algérien reconnaît qu’il est Moudjahid après l’avoir humilié et emprisonné de son vivant

Décès de Bouregaa : le pouvoir algérien reconnaît qu’il est Moudjahid après l’avoir humilié et emprisonné de son vivant

Le pouvoir algérien a « exprimé » son regret suite à la perte du Moudjahid Lakhdar Bouragaa. Était-il contraint à le faire ? Pourtant, il n’a pas hésité une seule seconde à le jetter derrière les barreaux, après l’avoir accusé d’«atteinte au moral de l’armée». Bouragaa, rappelons-le, a été condamné à un an de prison ferme et 20 000 DA d’amende, le 12 mars 2020, par le procureur général près le tribunal de Bir Mourad Rais.

En effet, cet homme brave a été accusé « d’atteinte à corps constitué » et « atteinte au moral de l’armée ». Aujourd’hui, cette même armée l’honore et reconnaît sa bravoure. Le général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire a présenté, en son nom et au nom de l’ensemble des personnels de l’ANP, ses condoléances à la famille et aux proches du moudjahid Commandant, Lakhdar Bouregaa.» apprend-on d’un communiqué rendu public.

Outre les accusations et les humiliations, la télévision algérienne a tenté de salir l’image du Moudjahid M. Bouragaa en l’accusant d' »usurpation »., Lors d’un journal télévisé, le présentateur avait indiqué avec «confirmation» qu’il n’était pas Moudjahid. Aujourd’hui, cette même chaîne de télévision lui rend hommage et le déclare comme «Modjahid Loyal».

«Le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, avait indiqué jeudi que l’Algérie avait perdu un « moudjahid loyal » et un « symbole de la lutte de libération nationale ».» a t’elle déclaré.

«Militant du Parti du peuple algérien (PPA) et commandant de la wilaya IV historique, Lakhdar Bouregaa était un moudjahid loyal et un symbole de la lutte de libération nationale», a-t-on ajouté.

De son côté, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a témoigné que l’Algérie a perdu «un militant et défenseur de ses convictions pour le changement, des convictions auxquelles il est resté fidèle toute sa vie».

L’Algérie perd un militant et défenseur de ses convictions pour le changement

«Avec la disparition du moudjahid et ancien commandant de la wilaya IV historique, le commandant Si Lakhdar Bouragaa, l’Algérie a perdu un militant et défenseur de ses convictions pour le changement, auxquelles il est resté fidèle toute sa vie », avait écrit le Premier ministre sur Twitter.

Pour sa part, le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni a affirmé, dans un message adressé à la famille du moudjahid, que l’Algérie avait perdu un «homme dévoué».

Avec la disparition du symbole Si Lakhdar Bouregaa, l’Algérie perd un de ses hommes dévoués et un commandant et héros de la Guerre de libération», a-t-il soutenu. Le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer, a adressé, quant à lui, un message de condoléances à la famille du moudjahid, dans lequel il a salué le courage et le patriotisme du défunt, et mis en avant son parcours militant et sa défense des droits et libertés.

M. Outemzabt.

Ina Presse

Articles similaires

Laisser un commentaire

%%footer%%