L’Algérie, une économie qui se cherche

Publié par

L’économie algérienne est vue « autrement » par le journaliste et écrivain algérien Lyazid Khaber, spécialisé en économie depuis des années. Dans son ouvrage « l’Algérie, une économie qui se cherche », édité par Editions Spinelle (France), en 2020, l’auteur revient sur l’évolution de la situation économique de son pays depuis l’indépendance. Un travail de recherche approfondi qu’il a mené soigneusement.

En 104 pages, l’auteur nous suggère une lecture simple en dévoilant les échecs de stratégie des différents gouvernants successifs. 50 ans après l’indépendance, l’économie algérienne est sans grandes orientations et dépende uniquement de la rente des hydrocarbures. 

« Evoluant dans un monde globalisé, les vieux réflexes du dirigisme semblent avoir encore la peau dure. L’Etat Algérien qui accepte de s’ouvrir sur les marchés mondiaux (accord d’association avec l’Europe, adhésion à la Zone arabe de libre échange, engagement de négociations pour une adhésion à l’OMC…), tout en admettant sur son territoire l’émergence d’une économie capitaliste de marché, s’engouffre encore dans des considérations qui empêcheraient l’émergence d’une véritable économie qui soit respectueuse des valeurs de la société et des intérêts stratégiques de la République. » écrit l’auteur qui tente par là d’exposer les difficultés rencontrées par l’Algérie, à adopter un model réussi de l’économie de marché.

«Notre économie continue, 50 ans après l’indépendance,  à  quémander  l’expertise  étrangère, au moment où des cadres algériens sont consultés et entendus par des gouvernements de pays actuellement développés et/ou émergents.»

L’échec constaté de Boumediene à Bouteflika

Dans son ouvrage, L. Khaber nous détaille l’échec des stratégies suivies, depuis l’independence : sous les présidents de la république Boumediene, Chadli, Zeroual et encore Bouteflika.

«Aujourd’hui même, c’est encore un nouveau cycle de réformes qui est attendu. L’option libérale est d’autant plus confirmée que l’Etat ne cesse de consentir à des concessions à même de donner un nouveau souffle aux investissements privés et étrangers, lesquels bénéficient présentement de plusieurs facilitations. » écrit l’auteur. Et d’ajouter : « Mais, si l’Etat a consenti beaucoup d’investissements chiffrés en milliards de dollars, il faut dire aussi que la manne financière dont a bénéficié le pays depuis 2000, est loin d’être utilisée à bon escient. La raison est simple : si nous avons pu construire des logements, des routes, des aéroports, des universités [dont la qualité des travaux laisse encore à désirer], nous n’avons presque rien fait pour renforcer les bases de notre économie. »


—————-Biographie—————-

Lyazid Khaber

Journaliste et écrivain, intéressé par les questions économiques et environnementales, Lyazid Khaber est né en 1977 à M’chedallah, une petite agglomeration située à 43 km à l’est de la wilaya de Bouira (Algérie). Il est diplômé en sciences juridiques et administratives de la Faculté de Droit de l’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Lyazid a débuté sa carrière en journalisme ou il a exercé dans plusieurs titres de la presse nationale Algérienne comme Journaliste – Correspondant (Pigiste). En 2002, il a occupé le poste de chargé de la gestion du service des activités culturelle, scientifiques et sportives au niveau de la résidence universitaire de Draa-Ben-Khedda (Tizi Ouzou), où il a organisé, à deux reprises (2002 & 2003), la semaine du cinéma Algérien.Lyazid Khaber a longtemps exercé comme journaliste spécialisé en économie, rédacteur en chef et Directeur de Rédaction dans plusieurs titres avant de lancer le quotidien « Eco Times » » dont il est directeur de la publication. Cela étant, la recherche en histoire et économie reste l’une de ses principales activités.


Mounir Outemzabt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s