« Le Hirak a sauvé l’Algérie,… l’ANP s’est retirée de la scène politique » : Tebboune choque-t-il ?

« Le Hirak a sauvé l’Algérie,… l’ANP s’est retirée de la scène politique » : Tebboune choque-t-il ?

A quelques jours des élections législatives algériennes, le président Abdelmadjid Tebboune a déclenché la tempête. Ce mardi dans une entrevue accordée à la chaine Al Djazeera, il a déclaré que « le hirak a sauvé l’Etat algérien de la déliquescence ». Il affirme aussi que l’Armée algérienne s’est retirée de la politique depuis 15 ans et l’Algérie était cible de « conspirations ».

Des révélations qui « choquent » ? Le peuple algérien qui se soulève toujours contre le régime depuis le 22 février 2019 n’avait pas de mots à dire. Ce mouvement populaire qui était la cause de la chute de Bouteflika estime que « l’élection de Tebboune a été appuyée par l’armée en décembre 2019 ». « Tebboune corrompu ramené par l’armée » (Tebboune mzaouer jabou laâsker) » scandet-ils chaque vendredis.

Tebboune reconnait, certes, que « l’Algérie était sous la main mise de la issaba qui a volé et transféré à l’étranger des centaines de milliards de dollars » . Et que cette « bande » a voulu « profiter de la situation de l’ancien président pour s’accaparer le pouvoir pour cinq autres années ». Mais, cela n’empêche toujours pas le mouvement populaire de continuer son combat pour un changement radical du système.

Il est à rappeler également que des milliers de protestataires, ont exprimé pacifiquement leur rejet pour l’élection législative prévue le 12 juin prochain. « Non aux élections », « Non au coup d’État institutionnel qui ne respecte pas la volonté de peuple », « Ni oligarchie, ni dictateur militaire, ni état islamique », « La souveraineté nationale appartient au peuple », « Seul le boycott peut sauver l’Algérie », « Pas de vote sous la boîte, les candidats cherchent candides », sont entre autres, les slogans brandis par les manifestants à Béjaia, Tizi Ouezou et Alger.

L’Algérie était depuis longtemps cible de « conspirations »

Sans aborder la situation actuelle du pays, du hirak et des arrestations, le président algérien continue son discours « légitime ». Il défend le pays et le dévoile ses ennemis ». Il a en effet, indiqué que l’Algérie était depuis longtemps cible de « conspirations » du fait de sa position contre les complots. Mais aussi parce qu’elle porte le flambeau de la Palestine, du Sahara occidental et des peuples opprimés. « C’est pour cette raison que l’on veut faire taire sa voix, mais cela n’arrivera pas », a-t-il soutenu.

Relevant à ce propos, que l’Algérie n’avait pas de dettes extérieures, que ses positions étaient indépendantes et que son système social était constitutionnalisé, le Chef de l’Etat a mis en avant les acquis réalisés dans ce sens, à l’instar de la subvention des produits alimentaires, la gratuité de la médecine et de l’enseignement, « ce qui permet une vie décente au citoyen », a-t-il ajouté.

Outre, pour ce qui est des relations algéro-françaises, Tebboune a pointé du doigt trois lobbies, en France, qui sont « en désaccord entre eux ». Le premier est celui colons ayant quitté l’Algérie au lendemain de l’indépendance et qui ont transmis leur rancœur à leur descendance; le second constitue le prolongement de l’Armée secrète française (ASF) et le troisième concerne les algériens qui ont choisi de soutenir la France.

Pour ce qui est de l’Editorial du journal « Le Monde » sur l’Algérie, le Président Tebboune a déclaré que l’Algérie dont parle ce journal « n’est pas l’Algérie que nous connaissons ».

La rédaction avec agences

Ina Presse

Articles similaires

Laisser un commentaire

%%footer%%