Skip to content

Après son enquête exclusive, M6 ne va plus opérer en Algérie !


<p class="has-drop-cap" value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80">L'enquête «exclu-sive» de la chaîne française de télévision M6, portant un regard «biaisé» sur le Hirak, a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. D'aucun estime que ce documentaire est un travail «bâclé». De son côté le pouvoir algérien décide de «ne plus autoriser» celle-ci à opérer en Algérie.L’enquête «exclu-sive» de la chaîne française de télévision M6, portant un regard «biaisé» sur le Hirak, a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. D’aucun estime que ce documentaire est un travail «bâclé». De son côté le pouvoir algérien décide de «ne plus autoriser» celle-ci à opérer en Algérie.

«Ce précédent nous conduit à décider de ne plus autoriser M6 à opérer en Algérie, sous quelle que forme que ce soit», a indiqué fermement le ministère de communication dans un communiqué. Et de souligner «une journaliste franco-algérienne a assuré la réalisation du film, avec l’aide d’un fixeur algérien, munis d’une fausse autorisation de tournage.»

Pour le ministère, cette procédure est une «infraction au demeurant sévèrement sanctionnée qui restera inscrite au compte indélébile». Ses auteurs seront poursuivi dans l’encadré de l’article 216 du Code pénal algérien pour «faux en écriture authentique ou publique».

La même source a rappelé que la rédaction de la chaine française M6 avait introduit, le 6 mars 2020, une demande d’accréditation de presse pour les membres de l’équipe de l’émission « Enquête Exclusive », en vue du tournage d’un documentaire sur «la valorisation de l’essor économique et touristique de la ville d’Oran, ainsi que le multiculturalisme qui fait la richesse de notre pays.» Et au final, cette chaîne «outillée» a détourné son projet et a voulu salir l’image de l’Algérie et à fissurer la confiance indéfectible établie entre le peuple algérien et ses institutions, accuse encore le ministère.

Un documentaire révélant la misère de la jeunesse algérienne

Photo montrant le lieu où dormait un algérien au chômage /M6.

D’une durée de 75 minutes, ce film documentaire réalisé par le dénommé « Dahmane Ziane », ne traite pas finalement de la valorisation de l’essor économique et touristique de la ville d’Oran» mais plutôt du Hirak. Non, beaucoup plus précisément : de la souffrance de la jeunesse algérienne, à partir de témoignages de trois jeunes algériens sur l’avenir dans leur bled.

A travers cette enquête dite exclusive, le réalisateur tente de nous raconter le désespoir de certains jeunes Algériens, qui envisageaient de fuir le pays. Le pays où «filmer est très difficile», d’après le producteur-présentateur Bernard De la Villardière. Pire que ça, il nous ouvre une fenêtre sur le monde islamique d’un côté et celui de la débauche d’un autre.

«Entre politique sécuritaire et volonté de tout contrôler, l’Algérie est aujourd’hui l’un des pays les plus fermés du bassin méditerranéen. Les journalistes étrangers obtiennent rarement un visa. Pour y poser nos caméras, nous avons dû faire appel à plusieurs équipes locales et nous avons tourné malgré les difficultés et les pressions».

Le magazine.

Scandale et déception : des interviewés dénoncent !

La première personne interrogée dans cette enquête était Nour, une blogueuse connue par son grand succès dans la mode en Algérie. Elle est la première à avoir exprimé sa grande déception et regret d’avoir participé à ce reportage qualifié de « scandaleux ». «Je regrette vraiment d’avoir participé à votre reportage.» a t’elle écrit sur son compte Instagram.

Selon la blogueuse, qui se dit manipulée par les journalistes qui ont fait d’elle une victime «soumise à son mari», l’équipe de M6 a pris contact avec elle pour parler de «l’émancipation de la femme algérienne». En revanche, elle a découvert après la diffusion de l’émission qu’elle a été «utilisée» et son mari «pour donner une mauvaise image des femmes et des hommes algériens, et de notre pays l’Algérie».

Il y a aussi le cas de Nardjes.

Cette jeune fille ambitieuse qui vit dans son monde et dans sa totale liberté, a décidé de dénoncer ce «piège». Son souhait de vivre à l’occidentale dans un pays jugé «ultraconservateur», n’était qu’une mise en scène de la part de la chaîne française.

Enfin, la fameuse chaîne française nous montre le monde «obscure» que vit l’Algérie. Un monde «islamique» qui se prépare d’ores et déjà ! Celui de Ayoub qui rêve de voir un Etat islamique naître en Algérie. Dans ses commentaires, le présentateurs s’est focalisé sur « l’islamisation des enfants», «les écoles coraniques» et non pas eu travail humanitaire et de volontariat des jeunes. Pour M6 : l’objectif de Ayoub est «d’islamiser les populations arabo-musulmanes…»

Ayoub, jeune militant actif au MSP

Smail refoulé de la porte d’entrée au siège de la Sonatrach !

Malgré l’interdiction de filmer aux alentours de la Sonatrach, M6 à trouvé l’astuce !

Outre, le ministère de la Communication précise que malgré les interdictions de filmer dans certains endroits, ce média a reconnu avoir eu recours à l’usage de «caméras discrètes» avant de souligner le choix de nombreux journalistes «anonymes» ayant travaillé pour ce qu’il prétend être une « enquête »»

A Ouegla, l’équipe de M6 a filmé discrètement. Elle saisit de cette occasion pour filmer Smail, un jeune au chômage qui «habite encore avec sa famille». Ce diplômé de géologie fondamentale n’a pas trouvé de travail. Pourtant, il a passé le concours d’entrée à la Sonatrach et l’a eu. Mais, à sa grande surprise, il n’a pas été embauché. Selon lui, quelqu’un d’autre aurait pris sa place par «piston».

Depuis, ce jeune, désespéré, se déplace chaque matin au siège de l’entreprise nationale du pétrole et du gaz (Sonatrach ndlr), dans le but de rencontrer son PDG. Le pauvre est refoulé à même la porte par les concierges.

Image désespérante d’un jeune qui attend le bus pour aller déposer un CV à la Sonatrach.

«Nous avons une région riche mais on n’a pas de travail. Il faut avoir du piston pour être embauché à Sonatrach.» a déploré le jeune chômeur qui rêve de décrocher un poste d’ingénieur.

Synthèse Mounir outemzabt.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :