Skip to content

Citoyen brulé vif à Tizi Ouzou : le parquet ordonne l’ouverture d’une enquête, des interrogations…

Le procureur de la République près le tribunal de Larbaa Nath Irathen (Cour de Tizi Ouzou) a ordonné jeudi l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de décès d’un citoyen, lynché et brulé vif, après avoir été soupçonné d’être à l’origine des feux de forêts. Le parquet a aussi ordonné d’identifier les auteurs et de les traduire devant la justice.

Publicités

Pour rappel, tout a commencé lorsqu’un groupe de citoyens a arrêté trois personnes qui se trouvaient à bord d’une voiture «non immatriculée» avec un bidon d’essence et du tissu. Ils ont été soupçonnés d’être derrière le déclenchement des feux de forêts dans la région de Larbaâ Nath Irathen. Tout le monde aurait pu déduire la même chose.

Sous les cris des un et des autres la situation était ingérable. Certains étaient très agressifs et l’ont violement agressé. L’intervention des services de police n’a malheureusement pas suffit. Après les avoir secourus et transférés au commissariat, la foule dont un groupe d’hommes visiblement « agressifs » ont suivi le camion de la police jusqu’au commissariat ou tout a bousculé.

« Ce même groupe a continué à attaquer le siège de la police avec violence ». Il a réussi à faire sortir l’un des trois individus du camion de la police (vu sur les vidéos partagées). De force, ces individus d’une extrème violence ont battu et brûlé le jeune « Djimi » qui a rendu l’âme sur place.

Selon le communiqué du procureur, « les policiers qui sont intervenus pour protéger la victime et la secourir ont également subi des blessures ».

Interrogations !

Plusieurs commentaires ont été postés par-ci par-là sur les réseaux sociaux condamnant cet acte « odieux ». En sommes, ce groupe a été pointé du doigt et les citoyens Kabyles ont demandé une enquête immédiate sur ce drame.

« Face à la tragédie de notre frère Djamel de Miliana les mots deviennent vains et impuissants… Aucun être humain ne mérite une telle barbarie, même s’il est coupable.. que dire donc quand il est innocent ? » a déclaré, avec amertume Mme Zouagui, enseignante à l’université de Béjaia qui a appelé les jeunes à « garder leur lucidité et réfléchir objectivement afin de situer les responsabilités. »

Pour cette dame qui lutte pour les droits humains, « les visages de ces lyncheurs sauvages qui ont commis l’irréparable sont bien visibles sur les vidéos. Il faut qu’ils répondent de leurs actes inqualifiables. » Dit-elle !

Elle continue sa déclaration et tire sur les policiers qui ont quelque part échappé à leur devoir.

« Et les policiers donc ? Où étaient-ils et pourquoi n’ont-ils pas fait usage de la violence légitime qui relève de leurs prérogatives dans pareils cas ? Pourquoi on ne les voit user de cette violence d’État que dans les manifestations à caractère politique et contre des militants patriotes et pacifistes ? » a t’elle manifesté.

« Leur devoir sacré était de protéger la personne arrêtée et non de regarder en spectateurs un spectacle effroyable où toutes les limites du légal et de l’humain ont été dépassées. » rajoute-elle.

Identifier les auteurs et de les traduire devant la justice

Par ailleurs, le Parquet a également ordonné l’identification des auteurs de ce « lâche » assassinat qui a été condamné par tous les kabyles, et les traduire en devant la barre.

« Le Parquet a ordonné à la police judiciaire d’ouvrir une enquête sur les circonstances de cette affaire, et ce, dans l’objectif d’identifier les auteurs et de les traduire devant la justice, pour qu’ils soient sévèrement punis, conformément à la loi, et ce afin que ce crime odieux ne reste pas impuni. L’opinion publique sera informée des résultats de l’enquête », a conclu la même source.

Ina avec Aps.

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :