Skip to content

Covid-19/ Algérie : couvre feu de 21 jours dans 14 wilayas à partir d’aujourd’hui

Suite au rebondissement de la pandémie de la covid-19, le gouvernement algérien a décidé de proroger le confinement partiel à domicile pendant 21 jours de 00h00 à 4h00 du matin, et ce dans 14 wilayas du pays. Le compte à rebours commencera aujourd’hui (12 juillet) et connaitra un contrôle stricte concernant le respect des protocoles sanitaires.

Cette nouvelle mesure est une décision prise après avoir constaté une augmentation des cas confirmés du Coronavirus. Le confinement partiel à domicile de minuit (00 heure) jusqu’au lendemain à quatre (4) heures du matin est applicable aux départements concernés par cette augmentation à savoir : Laghouat, Batna, Bejaia, Blida, Tébessa, Tizi-Ouzou, Alger, Sétif, Sidi Bel Abbes, Constantine, M’sila, Ouargla, Oran et Boumerdes.

L’objectif est de préserver la santé des citoyens du risque de la propagation du Coronavirus (Covid-19). La première démarche est basée sur la prudence. Le citoyen ne doit pas prendre la situation à la légère. Il ne doit non plus attendre que l’Etat renforce le dispositif de la protection et de prévention. Le virus circule toujours et fait des victimes parmi les jeunes.

Pour plus de mobilisation, les walis ont eu l’accord des autorités compétentes, pour prendre toutes mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination », relève le communiqué.

En plus de la mesure de confinement partiel, « les mesures de prévention pour endiguer toute nouvelle vague de contamination seront soumises à un contrôle rigoureux de leur application. Il s’agit, en premier lieu, de renforcer la mesure d’interdiction, à travers le territoire national, de tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements », note la même source.

 

Port obligatoire du masque dans les lieux publics et commerces

En matière de circulation et de mobilité des personnes, le contrôle « sera intensifié par les services compétents en ce qui concerne le respect des protocoles sanitaires dédiés aux moyens de transport de voyageurs, particulièrement l’obligation du port du masque de protection et de la distanciation physique, à travers la limitation du nombre de voyageurs, avec une application, sans complaisance, des sanctions pénales et/ou administratives que prévoit la réglementation ».

Le contrôle sera également « renforcé concernant les obligations qui pèsent sur les administrations et les établissement recevant le public d’observer et de faire respecter notamment l’obligation du port de masque de protection ainsi que l’obligation pour les gestionnaires de veiller notamment au strict respect de l’obligation du port de masque de protection ».

Concernant les commerces qui connaissent « des situations de relâchement », d’autres mesures sont prises en compte. Un contrôle systématique sera mené au niveau des commerces et des marchés, accompagnés de la force publique, et de procéder à la fermeture immédiate du commerce et au retrait du registre du commerce et ce, sans préjudice de l’application des sanctions prévues par la législation et la réglementation en vigueur, à l’encontre des contrevenants ».

Pour ce qui est des marchés ordinaires et marchés hebdomadaires, « le dispositif de contrôle sera renforcé par les services compétents afin de s’assurer du respect des mesures de prévention et de protection », souligne-t-on, assurant que « les sanctions prévues par la réglementation en vigueur doivent être appliquées avec toute la sévérité que commande la gravité de la situation, à l’encontre des contrevenants ».

« Les services de contrôle seront intransigeants et appliqueront les sanctions administratives et pécuniaires prévues par la législation et la réglementation en vigueur », avertit le communiqué.

M. Kadri.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :