Skip to content

Covid19 : Djamila Bouhired prise en charge à l’hôpital Mustapha Bacha


Atteinte de la Covid-19 et hospitalisée à l’hôpital Mustapha Bâcha à Alger, la moudjahida Djamila Bouhired, 86 ans, a été prise en charge par le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière ce samedi, apprend-on d’un communiqué rendu publique.

« La moudjahida Djamila Bouhired a été prise en charge dés l’apparition des premiers symptômes de sa contamination par le Coronavirus », a précisé le communiqué qui a tenu également à démentir l’information relayée sur des réseaux sociaux concernant « un détournement de dose de vaccin anti Covid-19 qui lui était destinée ».

Le ministère « rassure » que cette information « est sans aucun fondement » et que « la moudjahida est actuellement hospitalisée au CHU Mustapha Bacha ». Et « une équipe médicale a été dépêchée à son domicile pour l’ausculter et face à une température élevée, un examen physiologique a été effectué et suite au résultat positif elle a été évacuée vers l’hôpital », souligne ledit communiqué.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Ben Bouzid lui a rendu visite, dans la matinée de samedi afin de s’enquérir de son état de santé.

Son état de santé s’améliore

Pas d’inquiétude sur l’état de santé de l’icone de la bataille d’Alger. Le directeur général de hôpital, Abdeslam Benana, a confirmé cela. « La Moudjahida Djamila Bouhired se porte très bien, elle supporte bien la maladie. Elle est hors de danger et en très bon état. C’est le professeur Bouali, chef du service interne de l’hôpital et son équipe qui s’occupe d’elle », explique-t-il, assurant qu’elle est « bien prise en charge ».

Djamila Buhired est une grande militante du Front de libération nationale (FLN). Elle était collaboratrice de Yacef Saâdi, chef de la Zone autonome d’Alger durant la guerre d’Algérie. Elle fait partie des six femmes « condamnées à mort pour des actes terroristes » pendant la guerre d’indépendance. La Moudjahida a participé plusieurs fois aux marches pacifiques du mouvement populaire (Hirak) pour un changement radical du régime et pour une algérie meilleure.

La rédaction

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :