Skip to content

Djoudi Attoumi, une étoile qui s’éteint

Si les étoiles s’effondrent sur elles-mêmes à la suite de l’augmentation de la pression et la température, le moudjahid et officier de l’Armée de libération nationale (ALN), Djoudi Attoumi, s’est éteint des suites des complications pulmonaires dues à la Covid-19. Autrement, ni les embuscades du colonialisme, ni les affres de la vie, ou les lâches calomnies du système l’ont affaibli.

Il était fort et résistant, le fils de Tinebdhar, commune de Sidi Aich (Béjaïa). Il a intégré les rangs du Mouvement national à Alger C’est en 1953. 3 ans après, (1956) il rejoignit le maquis au poste de commandement de la wilaya III, en tant que secrétaire de zone. Il était sous le commandement du Colonel Amirouche Ait Hamouda.

En 1961, alors promu officier, il fut affecté dans la vallée de la Soummam avec pour mission la réorganisation de la zone 3, l’organisation d’actions contre l’armée française et la restructuration des maquis.

En avril 1962, Il était désigné, comme membre de la commission compétente locale du cessez-le-feu chargée de veiller à l’application des accords d’Evian pour les régions de Bejaia, Bordj Bou-Arreridj, M’sila et Bouira.

A l’indépendance du pays, le défunt avait occupé plusieurs postes de responsabilité à travers différentes wilayas du pays et avait été élu président de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) de Bejaia.

Plusieurs de ses œuvres ont été consacrées au Colonel Amirouche : «Le colonel Amirouche entre légende et histoire» paru en 2004, «Colonel Amirouche à la croisée des chemins» en 2006 et «Le colonel Amirouche, l’heure de vérité» en 2016.

Après sa retraité, il s’était consacré à l’écriture de l’Histoire de la Guerre de libération nationale, notamment, celle de la wilaya III historique dont il avait été témoin.

Il avait, également, raconté son parcours dans un journal d’un combattant de l’ALN en wilaya III et consacré un ouvrage aux « femmes combattantes dans la Guerre de libération nationale, 1954-1962, ces heroines restés dans l’ombre », paru en 2014.
M.O.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :