Skip to content

Emmanuel Macron lance le « Contrat Engagement Jeune »

Emmanuel Macron à la rencontre des jeunes/ Photo twittée par le président.

Le « Contrat Engagement Jeune » est le projet que vient d’annoncer, ce mardi, le président français Emmanuel Macron, au profit des jeunes de moins de 25 ans. Un projet dont il propose aux jeunes sans formation ni emploi depuis plusieurs mois une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement.

« Concrètement, dès le 1er mars, tous les jeunes de moins de 26 ans qui, sans formation ni emploi depuis plusieurs mois, s’inscriront, pourront bénéficier de 15 à 20 heures d’accompagnement par semaine pour découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi. Une allocation pouvant aller jusqu’à 500 euros par mois pourra être versée sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites. » précise le communiqué de la présidence.

Allant jusqu’au 1er mars 2022, ce projet avait été annoncé le 12 juillet par le chef de l’Etat. Il consiste à aider ces jeunes « sans ressources et sans perspectives » au retour à l’emploi. En somme, c’est pour « mettre fin à ce gâchis…que j’ai décidé de lancer le Contrat Engagement Jeune. », a souligné M. Macron qui explique qu’il « s’agit d’une mesure simple : de l’engagement, de l’assiduité, de la motivation. »

Outre cela, afin de pouvoir distinguer ce projet d’un « RSA jeunes », l’exécutif a choisi le terme de « contrat d’engagement » plutôt que celui de « revenu d’engagement » utilisé le 12 juillet.

Ce contrat d’engagement vient compléter et simplifier plusieurs dispositifs à destination des jeunes afin de mieux former et accompagner vers le monde du travail.

Castex présente le projet à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne)

Juste après l’avoir annoncé, le projet Contrat Engagement Jeunes (CEJ) vient d’être mis en avant par le premier ministre Jean Castex qui l’a tenu à le présenter à Virty sur Seine. Lors de son discours, le premier ministre a déclaré que l’Etat se veut d' »accompagner au moins 400 000 jeunes en 2022 grâce au « CEJ » qui, pour rappel, propose aux moins de 25 ans sans formation ni emploi depuis plusieurs mois une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement.

Le CEJ ne sera pas un dispositif de plus. Il ne viendra pas s’ajouter aux nombreux dispositifs existants. Il les remplace, les intègre, les harmonise et les décloisonne, au sein d’un nouveau cadre commun à tous les opérateurs fondé sur les mêmes règles et exigences et doté de moyens renforcés » explique l’orateur.

« C’est un objectif très ambitieux mais qui est à notre portée, grâce à l’investissement que nous consentons et grâce à la mobilisation et à l’engagement des entreprises, des collectivités, des associations », a-t-il déclaré lors d’un discours à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Mounir Outemzabt.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :