Skip to content

Enquête exclusive : le ministère algérien de la communication dépose une plainte contre M6


Après que le pouvoir algérien ait décidé de «ne plus autoriser» la chaîne française de télévision M6 à opérer en Algérie, une plainte a été déposé par le ministère de la communication pour «tournage sans accréditation de l’émission enquête exclusive» a indiqué le ministère dans un communiqué.

«Le ministère de la communication a déposé ce mercredi une plainte pour le tournage de l’émission en Algérie, sans l’accréditation prévue par la législation en vigueur contre la chaîne française M6 qui a diffusé dimanche dernier un documentaire sur l’Algérie» a précisé à l’APS la même source.

Pour rappel, l’enquête exclusive en question, diffusée sur M6 le dimanche 20 septembre, concerne un documentaire «détourné» et «déformé». Selon le ministère algérien de la Com, la chaîne M6 a demandé, le 6 mars dernier, une autorisation pour tourner un reportage autour de la «valorisation de l’essor économique et touristique de la ville d’Oran, ainsi que le multiculturalisme qui fait la richesse de notre pays.» Celle-ci avait alors reçu un avis défavorable des autorités algériennes. Mais, des journalistes ont quand-même tourné un documentaire qu’ils ont intitulé : «Algerie : le pays de toutes les révoltes». Il a soulevé un tollé sur les réseaux sociaux.

Un sabotage où un jeu monté ?

Par ailleurs, le ministère algérien a accusé les médias français de vouloir saboter le rendez-vous électoral, par la diffusion de reportages et produits journalistiques.

«À chaque approche de chaque rendez-vous électoral, « crucial » pour l’Algérie et son avenir, des médias français s’adonnent à la réalisation et la diffusion de reportages filmés et autres produits journalistiques, dans le vil but de tenter de démotiver le peuple algérien, notamment sa jeunesse» accuse le ministère.

«Il n’est pas fortuit que ces médias, outillés pour exécuter un agenda visant à ternir l’image de l’Algérie et à fissurer la confiance indéfectible établie entre le peuple algérien et ses institutions, agissent de concert et à différents niveaux et supports », a-t-il ajouté.

Outre ces accusations, certains commentaires auraient un point de vue tout à fait différent. Des internautes soupçonnent un «jeu monté» entre Alger et Paris pour que le pouvoir algérien puisse regagner la confiance de son peuple. Car pour rappel, la vraie démarche du Hirak (mouvement populaire du 22 février qui a fait tomber Bouteflika) est le changement du régime. Le peuple demande le départ de tous les ex-responsables du clan Bouteflika dont l’actuel chef de l’État Abdelmadjid Tebboune.

la rédaction.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :