Skip to content

Incendies : Des moyens aériens pour un feu apocalyptique à Adekar (Béjaia)

Un gigantesque feu de forêt a ravagé, ce vendredi, le massif forestier d’Adekar, à 60 km à l’ouest de Béjaia. Etant très violent, tous les moyens ont été déployés pour le maitriser. Plusieurs unités de protection civile des villes limitrophes ont été sollicitées en plus des moyens aériens fournis.

Deux hélicoptères ont effectué huit rotations pour venir à bout du feu

L’incendie le plus violent vient d’être enregistré en ce début du mois de juillet alors que le confinement reste prolongé. Fort heureusement qu’aucune victime n’a été déplorée, ni aucune habitation touchée. Le bilan fait état de perte de quelques 200 hectares de couvert végétal.

Après l’unité principale de Bejaia, il a fallu l’intervention des unités de Sidi-Aich, Adekar, et le déploiement d’une colonne mobile. Les secours ont été renforcés. Près d’une quinzaine de vincules. Deux hélicoptères capables de transporter 800 à 1000 litres d’eau ont été déployés.

Les coudes soudés, en quelques heures, la protection civile (PC) a complètement éteint les flammes. Selon la cellule de communication la direction de la protection civile de Bejaia les deux hélicoptères ont effectué au total « huit rotations ». Ils s’alimentaient en eau du lac noir.

« Cette intervention collective entre moyens terrestres et aériens a été rendue impérative du fait de la difficulté d’accès aux sites sinistrés, situés en haute montagne, et exacerbés par la présence occasionnelle de vents forts, qui ont nourris allégrement le feu et favorisé sa propagation » précise le communiqué de la cellule de communication de la PC de Bejaia.

Il importe de souligner que d’autres feux de forêts ont été signalés dans plusieurs régions de la willaya de Bejaia. Au total, une vingtaine d’incendies ont été déclaré dont six (06) étaient importants et ont occasionnés des dégâts de plus de 10 hectares chacun.

Ces feux ont été localisés, notamment à Toudja, Chemini, Beni-Djelil, Ighrem et Thadert Tamokrant (Amizour), consumant également près de 200 hectares, selon un bilan provisoire.

Synthèse : M. Outemzabt.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :