Skip to content

Quand Djerrad parle d’une « Algérie nouvelle » espérée par les « Hirakistes »

Lors d’une déclaration faite à la radio nationale le samedi dernier, M. Abdelaziz Djerrad a pris le soin d’aborder l’avenir de l’« Algérie nouvelle ». Selon lui, ce projet ne pourra aboutir sans « sa jeunesse » qui est sortie le 22 février 2019. Un chalenge déjà mis sur les rails au moment où des jeunes sont soit chômeurs soit emprisonnés.

En effet, ce premier ministre, nommé en décembre 2019 par le président Abdelmadjid Tebboune, qui lui aussi a été élu dans des circonstances « montueuses », a déclaré que « l’Algérie nouvelle dont nous œuvrons à bâtir ne se fera pas sans ses jeunes sortis le 22 février 2019 en faisant montre d’un pacifisme qui a épaté le monde entier pour le changement d’un régime qui les avaient humiliés. »

L’enfant de Khenchla, garantit aussi les engagements de l’Etat à accompagner cette catégorie, notamment au plan économique. En somme, l’Etat allégera les procédures bureaucratiques qui obstruent la roue du développement économique, notamment pour la création de PME.

« La jeunesse d’aujourd’hui doit comprendre que l’édification de la patrie ne peut réussir sans l’attachement à notre Histoire et la méditation des sacrifices de nos aïeux pour en tirer les enseignements. » note A. Djerrad.

Rédaction

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :