Skip to content

Rentrée scolaire : le découpage pédagogique comme solution


La rentrée scolaire 2020-2021 s’annonce mal. La date de la reprise des cours n’a pas été encore fixée. C’est le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, lui-même qui a affirmé ça, dimanche à Alger. En revanche, plusieurs propositions ont été faîtes afin d’accélérer la rentrée retardée pour cause de la CoVid-19.

«Même si le taux de cas confirmés a reculé, Nous ne voulons pas mettre en péril la santé de nos enfants, de leurs parents et de l’ensemble du personnel travaillant dans les établissements d’enseignements», a déclaré le ministre.

C’est, en sommes, la raison pour laquelle, il y aura cette «concertation». l’État n’a pas encore pris des mesures nécessaires pour la bonne scolarisation des élèves. «Toutes les hypothèses possibles ont été étudiées», a rassuré le ministre qui a retenu un nombre important de propositions.

Découpage pédagogique : 20 élèves par groupe

À part la prévention de la santé des élèves et du personnel, qui est une «priorité» le ministère de l’éducation envisage de réduire le nombre d’élèves par groupe avec le port obligatoire du masque aussi bien pour les élèves que pour les enseignants et le personnel administratif.

« Chaque groupe pédagogique pourrait être divisé en sous-groupes ne dépassant pas 20 élèves, ou être maintenu si le nombre d’élèves est égal ou inférieur à 23 apprenants, comme c’est le cas pour les classes de mathématiques, de maths-techniques ou de langues étrangères.» explique le ministre.

Le secteur qui s’engage à éviter tout regroupement d’élèves lors de l’accueil et des récréations, prévoit aussi d’assurer les cours pendant 6 jours sur 7 particulièrement pour les cycles moyen et secondaire. Un volume horaire qui sera suffisant pour instaurer les ressources nécessaires à l’installation des compétences tracées dans les curricula de chaque niveau d’enseignement.

Réduire la séance à 45 minutes

Le ministère propose par ailleurs d’adapter les contenus des programmes des matières d’enseignement en se concentrant sur les apprentissages fondamentaux de chaque discipline en fonction du volume horaire réservé, dans la mesure où il est possible de réduire l’heure de la séance, au collège et au lycée, à 45 minutes.

Pour celà, il est recommandé l’exploitation de tous les locaux disponibles y compris les laboratoires, les amphithéâtres, la bibliothèque et les ateliers (dans le secondaire).

Enfin, l’État encourage le développement de l’enseignement et l’apprentissage à distance afin de couvrir l’ensemble des apprentissages et niveaux d’enseignement.

La rédaction

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :